Rechercher

Histoire de Doris


Pendant longtemps, le plongeur curieux de la vie marine n’a eu à sa disposition que des ouvrages, souvent bien faits, mais qui ne pouvaient chacun présenter qu’un nombre limité d’espèces par manque de place, et une grande partie de leurs pages étaient consacrées aux plus emblématiques d’entre elles. De ce fait, il n’était pas aisé d’identifier les espèces aquatiques moins communes rencontrées lors des plongées ou décrites maladroitement.

Les récentes technologies ont donné de nouvelles possibilités à tous ceux qui veulent en savoir davantage sur les organismes marins ou leurs cousins des eaux douces. Il est désormais fréquent de voir au moins un appareil de photo numérique par palanquée, et c’est un bel outil de collecte d’informations.

Les images étant plus précises que de vagues descriptions subjectives ou maladroites. Et surtout, Internet offre une multitude de sites pour permettre la reconnaissance des êtres vivants rencontrés. Problème : beaucoup parmi les meilleurs de ces sites sont en anglais, et souvent, comme dans les livres, ils ne présentent qu’un nombre restreint de photos pour chaque espèce. Devant ce constat, la tentation était trop grande de créer le site « bio » idéal dont rêvaient tous les plongeurs curieux. Seule, l’entreprise était vouée à l’échec, il fallait fédérer des spécialistes de l’environnement aquatique et solliciter les plongeurs photographes.

Fin 2004, la création du site DORIS (Données d’Observation pour la Reconnaissance et l’Identification de la faune et de la flore Subaquatique) débutait en s’appuyant sur les compétences du réseau national des plongeurs français des commissions biologie et environnement subaquatique de la FFESSM.

L’aventure humaine et scientifique démarrait ! La préparation de DORIS fut un peu longue, mais le 4 décembre 2006 on pouvait découvrir, sur les pages du tout jeune site la présentation d’une centaine de fiches-espèces. L’équipe des « Doridiens » responsables régionaux qui encadrent les rédacteurs de fiches et les photographes, avaient déjà fait un excellent travail. Enfin, une somme inégalée d’informations sur chaque espèce (noms scientifiques, français, régionaux, étrangers, description, répartition, classification, biologie…) était à la disposition de tous dans un vocabulaire et un style accesibles.

Aujourd’hui DORIS a pris de l’ampleur et ce sont plus de 13 000 clichés qui illustrent les 1 400 fiches d’espèces animales et végétales. Il est ainsi possible, par exemple, de différencier chez les poissons les mâles des femelles, d’identifier les juvéniles et de distinguer des variations de parures selon les secteurs géographiques. DORIS offre également un glossaire riche de plus de 700 termes, une bibliographie impressionnante d’environ 800 ouvrages, et un forum de discussion actif. Tout plongeur qui dispose d’un cliché d’espèce ou de comportement original à identifier est invité à le déposer sur le forum et recevra une réponse rapidement.

Plus que de longues descriptions, c’est une visite à DORIS qui vous convaincra des qualités de ce site hors du commun qui a reçu la Palme d’or au festival mondial de l’image sous-marine et qui est désormais partenaire du muséum national d’histoire naturelle de Paris.

Le succès de DORIS (100 000 visites mensuelles) repose en bonne partie sur la qualité des relations qui se sont tissées entre les participants, les internautes et également le monde des scientifiques. DORIS a permis la réalisation d’intéressantes publications et l’identification d’espèces jusqu’alors inconnues.

Si DORIS est avant tout une base de données accessible à tous les plongeurs pour les aider à s’informer sur les espèces qu’ils rencontrent durant leurs immersions (en mer et en eau douce), c’est aussi une structure ouverte prête à accueillir toutes les compétences volontaires : http://doris.ffessm.fr

Chercheurs d’eau n° 29 mai/juin/juillet 2011


9 vues